Twilight-utopia est un forum d'rpg où vous pouvez interpréter un personnage de votre saga vaforite!
 
AccueilPortailFAQGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Drack, de la légion
Ven 6 Mar - 17:35 par Drack Wolf

» présentation lira
Mer 4 Mar - 0:17 par Renesmée C. Cullen

» histoire du fo
Dim 8 Fév - 0:02 par Drack Wolf

» recommence...
Lun 15 Déc - 0:19 par Renesmée C. Cullen

» apocalypse
Sam 5 Juil - 23:40 par Renesmée C. Cullen

» Jenny Jenny...?
Lun 23 Déc - 23:24 par Renesmée C. Cullen

» test rp joconde
Mer 11 Déc - 0:08 par Renesmée C. Cullen

» histoire joconde
Lun 9 Déc - 23:38 par Renesmée C. Cullen

» Test Rp Gardien
Lun 9 Déc - 0:30 par Drack Wolf

Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland
Meilleurs posteurs
Renesmée C. Cullen
 
Drack Wolf
 
Sivmatt
 

Partagez | 
 

 histoire du gardien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drack Wolf
Hummain normal
Hummain normal


Messages : 52
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: histoire du gardien   Lun 2 Déc - 13:00

Ma vie ? Holà, c'est pas jolie jolie tout ça...
Par quoi commencer... Oui je sais, on commence par le début, mais vous voulez celui de mon actuel moi ou le début début ?

Bon. Jours 1, mois 0, année 0. Je nais.vous vous attendiez à plus peut être ? je suis né un jour de beau temps sur Gallifrey, j'y ai grandit, j'y ai vécu et j'y suis mort. Bon, "mort" dans le sens d'un Seigneur du temps, évidement. Un bête accident, une régénération, et on en parlait plus. mais revenons en au début vous voulez ? Je ne suis pas née des looms, mais de deux Timelords, mes parents. Le fou et la Dignitaire.

J'ai passé le rituel à l'age de 8 ans, celui qui consiste à regarder au travers shisme temporel, au travers du temps lui même. Je vous l'avoue, j'avais une trouille monstrueuse, mais je ne me suis pas enfuit, je suis rester là à regarder. Quand on m'a demandé de choisir mon titre, mon nom, j'ai répondus "Le Gardien". Celui qui protège, le dernier rempart, qui garde.

Oui je sais, pas vantard celui là. Mais à l'époque, je pensais que c'était vraiment ce que je voulais faire, protéger les autres... Mais à peine ma 20ème année arrivée... La guerre contre les Daleks à commencé, on ne l'appelait pas la guerre du temps à ce moment, ce n'est venu que bien plus tard. Je pensais que j'aurais à attendre une centaine d'années avant de devoir me régénérer à nouveau... et en à peine 150 ans, je me suis régénéré à nouveau... 3 fois. C'est pas des souvenirs plaisant.

Je suis... j'étais un soldat, je me battait sur le front, c'est ce que j'avais décidé, c'est ce que je voulais... Je voulais être digne de mon titre. Le conseil des Seigneurs du temps n'a pas donné son aval pour mon action pour ma décision, mais ne m'a pas empêché pour autant. J'étais un jeune seigneur du temps, mon avis, mes actes, ne comptaient pas aux yeux du conseil. Je ne pouvais pas rester à rien faire.

Vous voulez savoir comment c'est passé cette guerre. Dès que les premiers vaisseaux Daleks sont apparut, ont été détectés, Gallifrey a enclenché les défenses du système solaire. Cela consiste à faire des tranchées spatiale. le principe est simple, on replie l'espace lui même, encore et encore. Le vide devient solide.
Puis les Seigneurs du temps sont partis au combat... une vrai débâcle. Nos ennemies nous connaissaient mieux que nous le pensions. Ils nous combattaient comme s'ils l'avaient toujours fait, comme s'ils avaient toujours su nous combattre.

Et nous avons perdu du terrain, tranchées après tranchées, planète après planète. Je me suis battu et suis "mort" sur plusieurs d'entre elles d'ailleurs. Notre arrogance à nous croire plus fort que fut notre première et pas la dernière. Le reste... n'a été que conséquence de cette erreur.

Les Daleks ont fini par passer la dernière planète les séparant de Gallifrey, tout ce que nous avions pour les retenir étaient les tranchées spatiales, et ce qui restait ce notre armada. Pour vous dire, j'ai cru à une blague lorsqu'on m'a présenté ce qui allait être mon vaisseau pour le combat à ce moment là. Le prototype des TARDIS de combat, de guerre. Un rebut, qui n'a servit que pour des tests, remis en fonction, rénové et upgradé des derniers boucliers avant de m'être donné. Mais sa programmation de base comporte de nombreux bug. Il n'a que peu des sécurités évitant les paradoxes temporels. Pour le peu de temps que je l'ai eu, le sais qu'il n'est qu'un enfant dans sa manière d'agir, un enfant qu'on propulse au combat. Il ne possède même que 2 formes, la forme basique des TARDIS type 40, et une forme vaisseau de guerre, canons et tout ce qu'il faut. Avec un bonus, la fonction invisible.

J'ai demandé à mon chef où était VRAIMENT mon vaisseau, il m'a répondu que c'était vraiment celui là. sur le coup, j'ai pâli... Et j'ai compris. Nous n'avions assez plus de Tardis de combat de dernière génération. Nous étions obligé de nous rabattre sur les vieux modèle et les rebuts. Nous ne pouvions même pas nous échapper de Gallifrey, les Daleks étaient capable de nous suivre, et sans les protections de la planète, nous étions des cibles facile pour nos ennemies.

"Nous sommes foutu."

C'est ce que je me suis dit. Mais au moins, je continuerais à être le Gardien jusqu'au bout, je n'allais pas fuir, j'allais combattre pour protéger ma planète, mon monde, les miens. Je suis monté dans ce qui allait être mon TARDIS, pour toujours.

Et voici le moment que vous attendiez, mon implication dans votre temps, comment je suis sorti de là. Je ne suis pas "sorti". je pilotait mon TARDIS, dont la salle de contrôle ressemble plutôt au cockpit d'un vaisseau de guerre humain, petite préférence ergonomique de ma part. Mais c'était du 1 contre 10, et je me suis fait toucher. J'ai insulté les alarmes d'alertes et tout les voyants de danger. Mes moteurs me lâchaient, mon bouclier de protection avait rendu l'âme, et j'avais des canons de vaisseaux Daleks droit sur moi. J'estimais mes chances de survie à 0, niet nada, nothing.

C'est là qu'il s'est produit une chose que je n'ai pas compris, mon TARDIS a enclenché un saut temporel, sans que je ne fasse rien, sans que je le demande. Un saut instantané, immédiat, alors que ceci aurait du prendre plusieurs secondes. Un seul clin d’œil, et me voilà aux abords de l'atmosphère d'une planète. Votre planète. La terre.

Avec des moteurs que viennent de s'éteindre. Autant dire que j'ai joué le boule de feu. Je me suis écrasé. J'ai péniblement réussi à sortir de là, alors que la salle de contrôle était remplie de gaz, j'y voyais pas à un mètres. J'ai enclenché les systèmes de réparation et suis sorti dehors, crachant mes poumons.

Et là je vois une ipi qui me demande si je suis venu la chercher. Génial, je me suis dit. Une humaine, très mignonne au passage, qui se prend pour une enfant d'alien, en pleine guerre du Vietnam. Mais pour moi, j'avais autre chose à faire, j'agitais ma main à l'entré de mon vaisseau, essayant vainement de dissiper la fumé blanchâtre qui en avait pris possession, pendant que la ipi continuant de parler. Elle m'exaspérait un peu, je me suis retourner pour lui dire de se taire... et je vis, autours de son cou, une montre, une montre faite, conçu dans une fonction précise : cacher un timelord.

Je fit plus attention à ce qu'elle me dit, elle était une Dame du temps, arrivé sur terre étant petite. je la fit entré une fois la fumé partie et écoutait le reste de son histoire tout en vérifiant l'état de mon TARDIS. Les moteurs étaient mort, mais n'avait pas explosé, forte heureusement, je fit réparer la salle par le tardis et attendis, reportant mon attention sur la jeune femme, elle disait être La Joconde, être ici depuis l'age de ses 4ans, cachée par son père.

Quand je lui ai demandé pourquoi, sa réponse fut pour fuir les Daleks... Sur Gallifrey...

J'ai vite compris, elle venait de mon futur... et nos ennemies étaient arrivé à passer toute nos défences. Je soupirais de lassitude et tenta de retourner à mon époque dès les moteurs à nouveau en état de marche. Je tenta oui. Mais en fut incapable. Le Tardis ne pouvait me ramener là bas, toute la période était bloqué. Quoi que je fasse je n'arrivais à rien. Comment cela était t'il possible ? Je n'y comprenais rien. La Joconde ne pouvait me fournir aucune explication. En désespoir de cause, je fis tout de même un voyage à dans l'époque où je me trouvais.

Ce que je vis en arrivant... Rien. Il n'y avait plus rien. Débris de vaisseaux, Daleks, Gallifreyens, astéroïdes géants, gravitant autours d'une super nova... Les vestiges d'une bataille vieille d'un milliard d'années...

J'étais dévasté en voyant ce paysage, ce résultat. C'est vrai que j'y ai songé plus d'une fois, que ceci pouvait arriver mais... Le voir ! Non ça... je ne me l'étais pas imaginer.

C'est dans un état presque second que je fit le voyage inverse, ramenant le Tardis sur terre, en mode invisible. La Joconde me parlait, me disait qu'il y avait surement des survivants. J'avais un peu de mal à le croire, on ne pouvait pas s’échapper... Mais peut être. Qui sait ? Il restait une chance, un espoir, je ne pouvais pas juste me dire que tout était fini, que Gallifrey existait encore quelque part.

Puis elle émis toute sorte d'idée, si ils n'y avait pas de survivants, comme faire en sorte que les humains prennent la relève de notre civilisation, la faire renaitre à travers eux. Je lui ais dit que les guider serait une bonne idée en effet. Mais pour elle, ce n'était pas guider mais modifier, génétiquement, puisque les humains ne valaient rien et qu'il ne serait jamais rien.

J'ai soupiré, ça je ne pouvais pas la laisser faire, j’enclenchai un saut temporel, sous les protestation de la jeune femme, direction la 4ème terre en l'an 52 000, dans leur grande bibliothèque, la concentration de leur savoir et de leur histoire. Je lui ais dis où nous étions et qu'elle devait au moins savoir ce que feraient les humains avant de décider. Elle le fit...

Et moi je suis parti. Quelques minutes pour elle, 20 ans pour moi. Je suis parti à la recherche de survivants... Mais n'en ai trouvé aucun. Puis j'ai voulu des réponses, savoir et comprendre ce qui c'était passé. Gallifrey et les Daleks se sont autodétruit me racontait t'on, mais je ne me contente pas de ça, je chercha encore plus... Et finit par trouver. Le Docteur. Celui qui a mit fin à la guerre du temps, en détruisant les deux cotés. Je l’avoue, je le hais pour ça. Et ce durant un long moment... Puis une question m'a frappé : Comment ? Comment le Docteur a t'il détruit Gallifrey ? Avec quoi ? Seul contre tous. Il ne pouvait pas, les seules armes capable d'une tel chose sont dans le coffre interdit. Coffre que le Docteur ne peut pas ouvrir et qui était encore fermé quand je suis parti. L'honneur de notre peuple, notre code de vie, nous interdisait de nous servir de ces armes. Si le coffre a été ouvert... à quel point mon peuple était t'il désespéré ? à quel point se sont t'ils reniés ?

Je voulais savoir, comprendre la vérité... Et si le Docteur a vraiment fait ça, si il a vraiment tuer des milliards de personnes, tué les enfant de Gallifrey, je veux entendre son explications de sa bouche. Et j'aviserais. Je suis le Gardien, le dernier à pouvoir veiller sur les lois des Timelords. J'ai continu, j'ai essayé de chercher le Docteur, sous le nom de Drack Wolf, pour ne pas faire savoir qu'un autre seigneur du temps était à sa poursuite, pour ne pas qu'il fuit. Et on me le décrivait souvent comme un héro, un sauveur. Ce qui me confirmait dans ma supposition qu'il me manquait des pièces au puzzle.

Je suis retourné chercher la Joconde, et sourit en la voyant, le nez dans des livres, à une époque où hologramme est roi. Elle m'a demandé où j'étais allé... Et je lui ai tout dit. Elle rentra dans une colère noire, mais écouta mes doutes et mon conseil d'attendre de tout savoir avant de juger. Je réussi à la convaincre, mais elle est très tête de mule. Quand je repense à ça je rie. Je rie parce que : elle m'a fait rire. Moi qui n'ai pas rit en 20 ans. Quelques minutes avec elle m'ont fait rire.

Nous sommes partis à la recherche du Docteur, mais je ne pouvais pas me connecter à sa ligne temporelle avant un certain point, mon Tardis se bloquait sinon, voulant éviter un paradoxe. J'ai vite compris, le Docteur a fait quelque chose, à un moment donné de sa vie, un événement important, un point fixe dans le temps, don les réactions m'ont sorti de la guerre du temps. Intervenir dans sa vie avant aurait changé la finalité, et je ne serais pas sorti de la guerre.

On a essayé de trouvé des moments après cette événement pour rejoindre le Docteur, mais on tombait toujours sur d'ancien docteur et le tardis nous empêchait de les rejoindre. 3 ans de recherche, au cours desquelles, la Joconde trouva un manipulateur de vortex, s'amusant avec pour que je la rattrape. Ce que je faisais toujours, parce qu'elle se cachait là où je pouvais la trouvant, voulant que je la trouve. 3 petites années, c'est suffisant pour se dire qu'on s'aime, c'est suffisant pour apprécier la présence l'un de l'autre, c'est suffisant pour tomber amoureux d'une adorable tête de mule. Mais nous étions toujours incapable de joindre directement le Docteur.

C'est la Joconde qui m'apporta la solution à ce problème. "On a qu'à passer une annonce dans le journal" Journal ? Je me suis souvenu d'un journal, avec une photo d'un champs de blé, vu du ciel avec marqué en gros "DOCTOR". J'ai ris, j'avais oublié. Les compagnons du Docteur. Il prendrais forcément contacte avec eux, il nous suffisait de les retrouver et le tour était joué. Décidément, elle m'est indispensable.

Et c'est là que nous arrivons à mon présent, à revenir sur terre pour pour trouver les compagnons du Docteur, et le Docteur lui même.
Revenir en haut Aller en bas
Drack Wolf
Hummain normal
Hummain normal


Messages : 52
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: histoire du gardien   Mer 4 Déc - 23:46

Physique

A quoi je ressemble ? Non mais vous en avez de bonne vous. à quoi ressemble un seigneur du temps. Demandez moi ça dans 100 ans et je vous donnerais surement une réponse différente.

Bon, puisqu'il faut passer par là.

je suis grand, brun, et beau gosse au yeux noir. Voilà. Vous avez ce que vous vouliez.
Comment ça plus ? Non mais vous êtes énervant. Tant pis. Oui je suis grand, dans les 1 m80. Si jamais vous dépasser le mètre 30, je vous déconseille la planète des Iniiiiilis. (et oui, y a vraiment autant de i dans leur nom) Parce que vous ne pourrez même pas passer les portes sans ramper. Ha, et pareil pour les Ulasmiranidreo, eux c'est l'inverse, c'est des géants, donc à coté d'eux vous êtes de la taille d'une sourie. Donc leurs portes sont un peu impossible à ouvrir quand vous avez ma taille. Sinon pour le reste de l'univers, ça va, vous aurez aucun problème avec leurs portes.

Mais on s'éloigne un peu du sujet. Alors je disais, grand, brun, les cheveux courts. Je les coiffe pas vraiment, je les coupe, point. Après il font un peu ce qu'ils veulent. Je tente bien vainement de les arranger, mais à chaque fois c'est une catastrophe, du coup j'ai vite laissé tomber. Et comme on dit, vive la tondeuse laser.

Et mon visage, je suis nul pour vous le décrire, j'ai toujours été nul pour décrire des visages, qu'importe celui que j'ai été mais à peu près, on me dit beau, la mâchoire un peu carrée. Des oreilles, un nez et des lèvres ni trop gros, ni trop petit, normal quoi. Et des yeux noir, mais vraiment noir. Bon sauf le blanc des yeux. Je reconnais, j'ai tiré le gros lot à ma dernière régénération. Vous auriez du voir le premier moi quand j'étais jeune. Gros nez et grandes oreilles. Ridicule non ?

Quand au reste de ma personne, que dire, un corps de peau blanche musclé à souhait. Faut bien ça quand on est soldat. Et oui, je prend soin de ma condition physique. Bon, ok, c'est pas non plus la perfection, j'ai quelques cicatrice ici et là, notamment une sur le torse, pile entre les deux cœurs. Cicatrice qu'une certaine personne adore caresser dès qu'elle en a l'occasion... ce qui arrive plutôt souvent? Coté vêtement, jean et T-shirt noir, j'aime pas m'embarrasser à choisir autre chose. je rajoute juste mon blouson en cuir noir et voilà, le Gardien dans toute sa splendeur.

Hé ! qui vient de rire ?

Revenir en haut Aller en bas
Drack Wolf
Hummain normal
Hummain normal


Messages : 52
Date d'inscription : 01/04/2012

MessageSujet: Re: histoire du gardien   Jeu 5 Déc - 23:41

Morale

Mon physique vous suffit pas ? Il vous faut aussi mon esprit ?

Bon, puis qu'il faut en passer par là. A vrai dire... je suis quelqu'un de compliqué, que ce soit dans mon comportement ou dans mes goûts. Je ne me comporte pas de la même manière envers chaque chose ou personne. Une certaine tête de mule me décrirait comme le type le plus merveilleux au monde et le meilleur amant de tout les temps. Si seulement elle savait à quel point j'ai besoin d'elle. Car sans la Joconde, je ne sais pas ce que je serais devenu. Elle m'est précieuse, et je l'aime, de tout mes deux cœurs. Et oui, j'aime la Joconde.

Sinon, pour un inconnue, c'est le Gardien, le Timelord, qu'il a en face de lui. Et dans ce cas... J'ai beaucoup de responsabilité, celle de faire vivre ce qu'il reste de notre culture au travers de mes actes. Ce qu'on traduit par de l'arrogance, alors qu'il n'en est rien. Avec certain, je suis calme et patient, avec d'autre colérique et emporté. Ceci dépend de la situation, et de qui.
Vous l'avez compris, je suis un être avec beaucoup de facettes... Mais il y en a une que je cache, que je ne montre qu'à la Joconde. Celle d'un être blessé. Je me surprend à regarder le puits de lumière de mon Tardis, pendant un long moment, le regarder sans rien dire, mes penser, mon esprit à l'arrêt. Tout ce que je ressens à ce moment là, c'est du regret.
Qu'est ce que j'aurais pu faire de plus si je n'avais pas été éjecté de la guerre ? Qu'est ce que j'aurais pu faire avant d'être éjecté ? J'ai l'esprit et l'âme torturés, quand je ne fais rien, quand je n'ai rien à faire. C'est là que la Joconde m'est précieuse, elle me permet de ne pas être que ce fantôme de guerre. Elle me permet de vivre, par sa présence et son sourire.

Et voilà, on a fait le grand tour de ma psyché. Passons à ce que j'aime ou déteste. Je n'aime pas les injustices, et j'ai souvent tendance à m'interposer dans ces cas là, et ce depuis toujours, à mon age, on se se refait pas. Normal pour un protecteur. Ce qui fait sourire une certaine passagère de mon vaisseau quand j'agis ainsi, si elle savait que parfois, je fais ça juste pour ce sourire.
Par contre pour ce que j'aime, c'est du quitte ou double niveau nouveautés. Que ce soit en musique, nourriture, ou vêtements, soit j'aime directe, soit j'aime jamais.

Et il y a des choses que j'aime et déteste à la fois. Du genre, au moment où je vais embrasser celle ci, elle enclenche son manipulateur de vortex et que je doive partir à sa recherche, avant qu'elle n'ai causé une bêtise. Une révolte en Russie, merci, mais ça suffit.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: histoire du gardien   

Revenir en haut Aller en bas
 
histoire du gardien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twilight-utopia :: HRP :: espace fic-
Sauter vers: